Err

CHARDONNAY et CIE
Blog

Quand j'y repense...

Comme vous le savez certainement, j'ai passé une grande partie de ma vie professionnelle à diriger des équipes dans le prêt-à-porter : secteur désormais difficile, étant donné les nouvelles façons de consommer le textile dans nos pays développés, j'ai eu l'occasion de rencontrer de nombreux grands acteurs de la mode.
Aujourd'hui commerçant indépendant (et désormais détaché du joyeux monde du chiffon !) je peux revenir sur certaines de ces rencontres...et ne pas regretter de ne pas avoir signé de contrat ou d'avoir cessé de travaillé avec ces entreprises qui m'expliquaient que je n'étais pas assez ceci ou que j'étais trop cela pour que "ça marche". Aujourd'hui, dans ma toute petite boutique, pour cette minuscule entreprise d'un seul salarié que je suis, je réussi bien mieux ce je fais, m'inspirant des meilleures expériences vécues (notamment chez C&A ou Armand Thièry, où auprès de certaines personnes remarquables j'ai énormément appris !) mais j'en profite aujourd'hui pour remercier ces grosses entreprises...de ne pas m'avoir embauché ou de m'avoir fait partir car je suis bien plus heureux dans ma micro boutique : Zara, H&M, Kiabi, Jules, Séphora, Olly Gan, Célio, Galeries Lafayette, Cyrillus, Izac, Carrefour, Hermès, Hugo Boss, Fursac, The Kooples, Primark et bien d'autres...

Moralité : si on vous explique que malgré toutes vos qualités, ce job n'est pas pour vous, ce n'est peut-être pas une mauvaise chose : ce n'est pas toujours une question d'emploi, mais peut-être plus d'entreprise ou de collaborateurs ! Et si vous ne trouvez pas je métier de vos rêves, inventez-le !
Rédigé le  3 déc. 2022 11:07  -  Lien permanent
0 Commentaires  

Fier de ma sélection de vins...

...parce que certaines cuvées que j'ai sélectionnées se trouvent également dans de prestigieux restaurants étoilés : si parmi l'éventail assez colossal des vins qui me sont proposés je finis régulièrement par retenir, sans le savoir, certains vins qui sont également sélectionnés par quelques-uns des meilleurs sommeliers du monde, c'est que je ne dois pas avoir si mauvais goût !

Pêle-mêle, ces crus fantastiques sont les vins de chez Gilles Robin (Crozes-Hermitage), du Château des Bachelards (Fleurie), les champagnes De Sousa, les Olympes (Vallée du Rhône sud), le Château Vieux Mougnac (Bordeaux rive droite) Horacio Calvente (Espagne) Château Malherbe (Provence) Domaine de Terrebrune (Bandol), Marc Roy (Bourgogne), Bertagna (Bourgogne)...

J'en oublie probablement, mais cela fait une liste de producteurs modestes par leur taille, mais pour moi incontournables par la qualité de leur travail !
Rédigé le  19 nov. 2022 16:20  -  Lien permanent
0 Commentaires  

Changer ou ne pas changer ?

Telle est parfois la question...car j'ai parfois le sentiment que notre société, que notre époque attend systématiquement la nouveauté. Bien ou mal, je ne saurais trancher, mais le côté éphémère des choses me gène un peu : c'est nouveau, c'est aujourd'hui, c'est bon...demain un autre produit, un autre producteur, et on sera passé à autre chose, même si cela n'enlève rien au précédent...

J'essaye d'avoir des nouveautés : savoir se remettre en question, ne pas rester sur des acquis, et pourquoi pas ?! Mais j'aime aussi que les choses durent. Pour la boutique, il y a des producteurs, grandes maisons ou indépendants, qui font toujours un excellent travail et qui m'ont fait confiance dès le départ, quand je n'avais pas encore de meubles en boutique : encore aujourd'hui, je peux vous les citer dans le désordre :
  • Champagne De Sousa
  • Champagne Baillette-Prudhomme
  • Domaines Albert Bichot
  • Cave de Cairanne
  • Domaine A&M Quénard
  • Château de Meursault
  • Château de Marsannay
  • Domaine Ruet
Avec ces domaines, avec ces hommes et ces femmes qui produisent des vins et des champagnes de qualité, je ne me pose pas vraiment la question : la qualité étant toujours au rendez-vous, pourquoi changer ? Car enfin, pourquoi partir à la recherche de, finalement, ce que l'on a déjà ?
Donc mon regard de commerçant me fait me poser ces questions, amenant des réflexions sur ce que les clients recherchent réellement, au-delà de toute idée de conseil de ma part : oui au bio, au local, au sans intermédiaire, mais comme il s'ouvre des brasseries de bière tous les jours en France, faut-il changer de brasseur pour autant ?
Rédigé le  8 oct. 2022 17:05  -  Lien permanent
0 Commentaires  

Inflation ?

Nous sommes dans une période d'inflation : les prix montent. Pourquoi, comment...situation complexe entre les crises Covid se succédant dans le monde, les goulots d'étranglement dans la production et la logistique, la guerre en Ukraine : à tout cela on peut rajouter les plans successifs des présidents américains qui ont mis l'économie des États-Unis en surchauffe, tout est lié pour faire monter les prix !

Dans le monde du vin ?
Les producteurs qui travaillent de manière mécanisée on vu leur budget carburant exploser.
De manière générale, le bois (pour faire des palettes de transport ou des fûts par exemple) a augmenté de 60%, le papier (étiquettes) et le carton (emballage et transport) entre +30 et +40%.  Le verre, quand ils en trouvent, est payé par les domaines viticoles 20% plus cher que l'année dernière...alors oui, pour beaucoup, les prix on monté. Beaucoup de domaines, grands ou petits, ont été obligés de monter le prix de chaque bouteille : une question de survie pour certains, de rentabilité pour d'autres. Mais, il faut le reconnaître, cela ne représente pour une écrasante majorité des domaines que quelques dizaines de centimes par bouteilles, autrement dit, pas grand-chose, beaucoup ont en même temps baissé leur marge brute...

A la boutique, certains prix ont dû être revus, mais il y a certaines bouteilles dont le prix de vente n'a pas changé depuis que j'ai ouvert, il y a trois ans et demi désormais ! Je sais que je peux toujours vous proposer des bouteilles de vin de 7 à 299 €, car la plupart des charges pesant sur la boutique n'ont pas évolué...inflation ? En tant que caviste lyonnais, je ne la vois que de très loin !

Ce matin, en discutant avec Marta du restaurant Le Coq et la Mule, nous avons échangé justement sur cette histoire d’inflation : pour  la limité, le Président de la Réserve Fédérale des États-Unis monte les taux, avec le risque de créer une période de récession outre-atlantique (qui se diffuserait facilement en Europe). En cas de récession, la consommation chuterait, l'investissement également. Scénario noir ? Pas forcément : face à ce risque de compression de la demande, les cours du pétrole viennent de passer de 120 à 109 $ le baril Mer du Nord...avec un effet ressenti à trois mois, si cette chute perdure, l'inflation pourrait être limitée, le risque de récession également...

Si vous avez une boule de cristal pour savoir comment sera l'économie mondiale dans six mois, n'hésitez pas à partager vos prévisions !
Rédigé le  22 juin 2022 9:48  -  Lien permanent
0 Commentaires  

Meilleur caviste du monde !

Je vous rassure : ce n'est pas moi !

J'ai un confrère qui était installé bien avant moi à Lyon, qui a été élu "Meilleur Caviste du Monde" il y a quelques années. Si je suis sincèrement content pour lui (il amène forcément un rayonnement supplémentaire sur le métier...), depuis que je sais cela, je me pose pas mal de questions :

  • est-ce qu'il a une sélection tellement pléthorique qu'il peut répondre à toutes les demandes de ses clients ? J'ai du mal à y croire, les choix possibles sont pratiquement infinis, il faudrait une boutique grande comme un hypermarché !
  • est-ce qu'il est le meilleur pour conseiller ses clients ? possible, mais n'oublions pas qu'à la différence d'un sommelier, nous ne pouvons pas trop aller en cuisine pour nous assurer des épices dans la sauce...alors même si notre client nous décrit avec précision le plat qu'il va servir à ses invités, il reste toujours une petite part d'incertitude.
  • est-ce parce qu'il a les crus les plus prestigieux du monde ? Je suis sûr que cela doit jouer...mais est-ce que le principe d'empiler des bouteilles rarissimes à des prix astronomiques fait de vous le meilleur caviste ? Parce que s'il n'y a qu'une extrême minorité de clients qui peuvent se les offrir, je n'en voit pas l'intérêt !
  • est-ce parce qu'il est le meilleur en terme de service aux clients ? Il est certainement très bien avec ses clients, mais après des années dans les boutiques, je peux vous confirmer que dire qu'il y a un "meilleur" aux service de ses clients, non.
  • est-ce parce qu'il est spécialisé dans une appellation en particulier ? Du coup, est-ce que se spécialiser engendre forcément d'être le meilleur en tout ? Si on se spécialise dans les vins blancs, est-ce qu'on est aussi le meilleur dans les vins rouges ?
  • est-ce parce qu'il ne travaille qu'avec des récoltants ? Franchement, même en grandes surfaces il y en a...
J'ai beau chercher, je ne vois pas. C'est un peu comme les médailles sur les bouteilles : cela récompense le travail en le mettant en valeur, certes, mais cela reste un concours avec seulement quelques compétiteurs (et pas toute l'appellation !) et des jurys au goût forcément orienté (le goût n'a rien d'absolu, c'est une question d'éducation, d'habitude...Et heureusement, sinon tout le monde aimerai les mêmes choses !). Rien d'absolu, donc dire "le meilleur" c'est déjà établir une présélection, comme les concours de Meilleur Ouvrier de France : tous ne s'inscrivent pas, ce qui n'enlève rien à leur savoir-faire. Par contre ceux qui concourent ont l'occasion de s'améliorer et en cas de victoire, de se voir récompensé.

Le jury ayant décidé de qui était le meilleur caviste du monde n'a pas fait le tour de tous les cavistes du monde, même pas de France...alors au final, quelle valeur a cette récompense ? Pour ma part, il n'en a que très peu : un commerce, c'est avant tout une question de personnes, de conseils, de moment passé à écouter son client et à répondre à ses attentes ; c'est aussi une sélection de produits, pas ceux réputés les meilleurs, simplement ceux que vos clients vont attendre de vous...et oui, cela en demande du travail !
Rédigé le  4 juin 2022 11:15  -  Lien permanent
0 Commentaires  

Direct producteur !

En voici une que j'ai entendu souvent : depuis 1999 que je suis dans le commerce (je ne vais pas vous refaire mon CV, mais j'ai commencé en travaillant pour un antiquaire en 1996 mais cela n'avait rien d'officiel !) j'ai des clients qui me demandent si l'enseigne pour laquelle je travaille se fourni directement auprès des producteurs.
Dans le secteur du prêt-à-porter, c'est bien plus compliqué qu'il n'y paraît : tout dépend des enseignes et de leur politique achat.
Dans la literie, tout le monde se fournit directement auprès des marques, ensuite, c'est chacune ses conditions, avec parfois de quoi devenir dingue...

De même, dans le joyeux secteur du vin et de la bière, cela dépend du producteur. Pour ma part, c'est le cas systématiquement pour tout ce qui est produit en France, à une nuance près, c'est que tous les vignerons ne sont pas capables de vendre leur vin ; il y a des hommes et des femmes qui sont bien dans leurs vignes ou dans leurs chais, mais pour ce qui est de distribuer le fruit de leur travail, c'est trop leur demander ! Alors ils passent par des agents, qui touchent une commission en fonction des ventes...et là encore, il y a une distinction à faire entre ceux qui ont du vin à vendre et ceux qui ont des vignerons à promouvoir : je préfère cent fois ces derniers qui auront toujours plus le côté passionné, et qui en plus pensent moins à leur commissions qu'à bien expliquer la philosophie d'un domaine !

Et enfin, il y a des domaines et des brasseries où les équipes font tout eux-mêmes, y compris quand c'est une équipe d'une seule personne. Ils ne sont pas bien nombreux, je vous garantis !

Pour les spiritueux, tout fonctionne généralement via des sociétés d'importations spécialisées, et étant donné l'immensité des choix existants, heureusement car il ne faudrait se consacrer pratiquement qu'à aller visiter toutes les distilleries du monde entier pour se faire une gamme. Travail assez extraordinaire, certes, mais assez chronophage !

Rédigé le  10 mai 2022 16:56  -  Lien permanent
0 Commentaires